Sonia Fernandez Hoyos - Condition liquide et critique nomade : la construction littéraire de la ville dans la Reina del Sur de Perez-Reverte

infos producteurs
  • Sujet : Conférence
  • Date de parution : 10/03/2016
  • Durée : 20 min
  • Crédits :

Tags associés
CRINIPérez-ReverteVilleMigrationsMythologies urbainesSonia Fernandez HoyosSociété

Partagez cette page

Résumé de la vidéo

Notre projet prend appui sur l’analyse de Bauman et sa condition liquide pour étudier, à travers la critique nomade (Braidotti, 1994) et les approches des études transnationales, les différents processus et phénomènes d’interculturalité, d’échange et de créativité dans une ville comme Melilla, enclave espagnole en Afrique du Nord. Pour cette proposition nous avons choisi d’examiner la construction littéraire de la ville dans un roman de Pérez-Reverte : La Reina del Sur (2002), où la ville se présente comme un lieu de tensions entre l’hyperbolique et le conflictuel d’une part et l’ordre et ses ruptures d’autre part, une ville marquée par les immigrations et les fuites. La topographie de la ville est déployée comme un réseau de rapports complexes tout en présentant des connexions et des contrastes par rapport à son moment historique. Le personnage principal du roman de Pérez-Reverte est une mexicaine de Sinaloa qui arrive par hasard dans cette ville perdue qu’est Melilla. Tout au long du roman nous pouvons voir comment se développe la textualité, qui sert en même temps d’élément ordonnateur  de la ville et de lieu pour une vision particulière du monde. Sonia Fernández Hoyos (Université de Nantes) et María del Carmen Hoyos Ragel (Université de Granada).

Présentation de l'intervenant

Sonia Fernández Hoyos est ATER en littérature espagnole au département d’études Hispaniques de l’Université de Nantes. Titre de sa thèse : La escritura de lo gris : el sentido de la producción de Carmen Martín Gaite. Editorial de la Universidad de Granada.

Présentation du colloque "Mythologies urbaines et migrations"


La ville génère un ensemble de mythes artistiques et littéraires issus de son histoire et de son quotidien, de légendes et de récits oraux mêlant réalité et fiction. Création propre à l’homme, la ville se présente comme une construction réelle et imaginaire, à travers laquelle une communauté recherche sa cohésion et ses possibilités créatrices (correspondances, récits de vie, poésie, théâtre, cinéma…). Organisé par le Centre de Recherche sur les Identités Nationales et l’Interculturalité (CRINI), le colloque sur "Mythologies urbaines et migrations" s’inscrit dans le cadre d’une réflexion sur les migrations portant à la fois sur l’interculturalité - en s’attachant  à la rencontre et à la reconnaissance de cultures plurielles-, et sur la transculturalité - en privilégiant l’échange et la création entre ces cultures-, dans une dynamique créatrice cherchant à dépasser les barrières culturelles, tout en questionnant l’histoire des représentations urbaines.

Ce colloque s'inscrit dans la continuité de journées d’Étude préparatoires dans le cadre des partenariats locaux et internationaux du CRINI :



dans la même série

Colloque Mythologies urbaines et migrations

Vidéos les plus populaires