Antonio De Almeida Mendès, Catherine Coquery-Vidrovitch, Ibrahima Thioub - De quoi l'esclavage est-il le nom ?

infos producteurs
  • Sujet : Conférence
  • Date de parution : 05/07/2018
  • Durée : 1 h 55 min
  • Crédits : Institut d'Etudes Avancées de Nantes

Tags associés
EsclavageHistoireAfriqueEuropeEsclavagismeAntonio De Almeida MendesIbrahima ThioubCatherine Coquery-VidrovitchIEA NantesChâteau des Ducs de BretagneInstitut des AmériquesSLAFNETLa Casa de VelazquezCIRESCCRHIASTARACO

Partagez cette page

Résumé de la vidéo

Dans le cadre de la "saison décoloniale", organisée au Musée d’histoire de Nantes du 28 avril à novembre 2018 et en partenariat avec les projets de recherche STARACO et SLAFNET et l’USR CIRESC, cette manifestation clôture le programme de recherche pluriannuel PRALT (PRAtiques de l’ALTérité). Elle s’organise autour de conférences grand public et de 4 ateliers thématiques pendant lesquels 20 jeunes chercheurs présenteront leurs recherches. Cet événement est l’occasion pour des spécialistes des mondes africains, américains et européens, en résidence à l’Institut d’études avancées de Nantes ou spécialement conviés à cette occasion, de réfléchir ensemble à la possibilité d’une autre histoire coloniale de la ville de Nantes.

Intervenants


Antonio De Almeida Mendes


Historien spécialiste de l’esclavage et des traites négrières de la première modernité (du XIVe au XVIe siècle) et de l’histoire du premier Atlantique, António de Almeida Mendes est maître de conférences à l’Université de Nantes, membre fondateur du Centre International de Recherches sur les Esclavages, membre du Centre de recherches en histoire internationale et atlantique et membre de 2013 à 2016 du Comité national pour la mémoire et l’histoire de l’esclavage. Il co-dirige à l’Université de Nantes le programme STARACO (STAtuts, RAce et Couleurs dans l’Atlantique) qui entend engager une réflexion sur la construction de hiérarchies et de statuts hérités de l’esclavage dans les mondes ibériques, ainsi que le programme PRALT (PRAtique de l’ALTérité de la Méditerranée à l’Atlantique, XVe-XXe siècle) à la Casa de Velázquez (Madrid). Il termine la rédaction de deux ouvrages : Une histoire de la race dans l’Atlantique ibérique et Relier et ordonner un monde
de races. Histoires méditerranéennes et atlantiques des traites et des esclavages en péninsule Ibérique : XIVe-XVIe siècles.

Catherine Coquery-Vidrovitch


Catherine Coquery-Vidrovitch est ancienne élève de l'École normale supérieure de Sèvres et agrégée d'histoire (1959). Elle soutient en 1966 une thèse de 3e cycle intitulée Brazza et la prise de possession du Congo. La mission de l'ouest africain, 1883-1885, sous la direction d'Henri Brunschwig, à l'École pratique des hautes études, puis elle réalise une thèse d'État, intitulée Le Congo au temps des grandes compagnies concessionnaires : 1898-1930, en 1970.

Après divers séjours au Woodrow Wilson Center for International Scholars (1987), Shelby Cullom Davis Center for Historical Studies de l'université de Princeton (1992) ainsi qu'au Humanities Research Centre de l'université de Canberra (1995), elle devient professeure à l'UFR Géographie, histoire et sciences de la société (GHSS) de l'université Paris Diderot (1975-2002).

Elle fonde et dirige, à la fin des années 1970, le laboratoire Connaissance du Tiers-Monde/Afrique, devenu d'abord SEDET, Sociétés en développement : études transdisciplinaires puis, en 2014, composante du Centre d’études en sciences sociales sur les mondes africains, américains et asiatiques (CESSMA UMR 245). Elle prend sa retraite en 2001 et devient professeur émérite.

Elle est membre du Comité de vigilance face aux usages publics de l'histoire, dont elle est élue présidente en 2009.

Elle a dirigé environ 175 thèses d'histoire, dont celles de nombreux universitaires et personnalités politiques, africains et français.

Ibrahima Thioub


Professeur d’histoire à l’Université Cheikh Anta Diop (Dakar, Sénégal) depuis 1990 et membre associé de l’IEA de Nantes, Ibrahima THIOUB est spécialiste de l’esclavage. Il a fondé à Dakar le Centre Africain de Recherches sur les Traites et l’Esclavage (CARTE) qu’il dirige actuellement.

Ibrahima THIOUB a été professeur invité à l’EHESS et dans plusieurs universités aux États-Unis, en Europe, en Asie (Népal, Inde, Sri Lanka) et dans de nombreux pays africains (Gambie, Sierra Leone, Afrique du Sud). En 2008-2009 il a été chercheur-résident au Wissenschaftskolleg de Berlin et, depuis mars 2012, il est Docteur honoris causa de l’Université de Nantes.

Ibrahima THIOUB pose un regard critique sur les lectures africaines de l’esclavage et de la traite atlantique. Outre l’emploi des esclaves dans les activités économiques, il étudie leur rôle dans les relations sociales et leurs expressions juridiques dans les espaces privés et publics. Son étude s’inscrit dans une perspective historique en accordant une importance particulière aux mutations inscrites dans le temps de la ville et de son environnement.



dans la même série

Conférence de l'Institut d'Etudes Avancées de Nantes

Vidéos les plus populaires