Table-ronde - Automédication : quelques exemples dans le monde

infos producteurs
  • Sujet : Table-ronde
  • Date de parution : 10/06/2016
  • Durée : 36 min
  • Crédits :

Tags associés
AeQ2016PrescriptionAnthropologieRisqueIndustrie pharmaceutiqueRussieCambodgeBéninGhanaSantéAutomédicationCarine BaxerresNatalia Lebedeva-NesevriaÈve Bureau-Point

Partagez cette page

Résumé de la vidéo

Automédication ou prescription ? Les relations entre les vendeurs et les acheteurs de médicaments au Cambodge

Ève Bureau-Point aborde la situation du Cambodge où selon la loi, la vente de médicaments doit se faire sous le contrôle strict de professionnels de santé et où seuls les médicaments Over-The-Counter peuvent être vendus sans ordonnance dans les pharmacies et les dépôts pharmaceutiques. Depuis le régime Khmers rouges (1975-1979) et la République Populaire du Kampuchea (1979-1989), un système pharmaceutique anarchique s’est mis en place. Dans la pratique, le client peut se procurer n’importe quel médicament sans prescription dans les différents lieux autorisés mais également dans les cabinets privés ou auprès de vendeurs informels. Cette étude de cas permet d’illustrer l’importance, pour comprendre l’automédication, de considérer l’organisation locale des soins et le processus d’autonomisation du patient par rapport à la prise de médicaments en général.

Self-medication in modern Russia : social practicies and health risks

Natalia Lebedeva-Nesevria talking about Russia. About half of Russians prefer self-treatment to visiting a doctor. The number of respondents who choose the answer "I attend doctors only in extreme cases" during nationwide surveys didn't change significantly from 2008 (52%) to 2015 (46%), in spite of different federal and regional programs and national health care reform.

Quand les politiques de distribution pharmaceutique influencent les usages des médicaments. Une recherche comparative menée au Bénin, au Ghana et au Cambodge.

Carine Baxerres évoquera les pays Sud, où des systèmes pharmaceutiques différents, issus de la colonisation et des fonctionnements économiques et commerciaux adoptés depuis, sont en place. En Afrique de l’Ouest, il existe des différences notoires en matière de législation et de modes de distribution entre pays anglophones et francophones. Au Bénin, la distribution est largement encadrée par l’État ; néanmoins à côté des circuits formels, un important marché informel s’est développé. La législation du Ghana, plus libérale, laisse une marge de manœuvre importante aux acteurs privés investis dans l’importation et la distribution des médicaments. Elle minimise ainsi les pratiques de vente informelles. Le système pharmaceutique du Cambodge, en Asie du Sud-est anciennement colonisé par la France et ayant vécu des périodes historiques très troublées, présente une situation intermédiaire entre Bénin et Ghana.

Présentation des intervenants

Ève Bureau-Point est anthropologue, post-doctorante à l’Institut de recherche pour le développement (IRD UMR 216 MERIT). Elle travaille depuis une dizaine d’années sur l’expertise du patient dans la démocratie sanitaire. Ses derniers travaux ont porté sur la participation des patients à la recherche, la construction des savoirs profanes et l’automédication.

Natalia Lebedeva-Nesevria is a researcher in Sociology, at the Social Risk Analysis Laboratory, Federal Scientific Center for Medical and Preventive Health Risk Management Technologies, Perm State University, in Russia.

Carine Baxerres est anthropologue, chargée de recherche à l'IRD au Laboratoire Mère et enfant face aux infections tropicales, UMR 216 MERIT, Université de Pharmacie, Paris V. Elle est actuellement en poste au Bénin et coordonne le programme de recherche ERC-Globalmed.

Présentation du colloque "L'automédication en question : un bricolage socialement et territorialement situé"


Cette présentation s'est tenue dans le cadre du colloque "L'automédication en question : un bricolage socialement et territorialement situé" qui s'est déroulé à l'Université de Nantes les 11, 12 et 13 mai 2016. Internationale et pluridisciplinaire, cette manifestation scientifique à réunit 102 participants dont 66 communicants autour des pratiques de l'auto-soin. L'automédication est une pratique répandue de par le monde. Et bien que ses usages soient nombreux, les équipes de recherche à l'initiative de ces rencontres font l'hypothèse qu'il est tout à fait pertinent et heuristique de confronter les réalités diverses auxquelles ce phénomène donne lieu, "au Sud" comme "au Nord" afin d'en dégager les principaux déterminants et les enjeux. Durant trois jours, la thématique de l'automédication s'est révélée être transversale. Cet objet a permis d'aborder de nombreux sujets : inégalité de santé, déterminants territoriaux de la santé, gestion du corps, histoire de la médecine, circulation du médicament, pluralité thérapeutique, relation soigné-soignant, éducation thérapeutique, etc. Ce colloque a rassemblé de nombreux chercheurs et professionnels du soin et de santé publique durant trois jours autour de conférences, de tables-rondes, d'ateliers et d'une soirée de valorisation, où une intervention théâtrale originale à trouvé sa place.



dans la même série

Colloque "L'automédication en question : un bricolage socialement et territorialement situé"

Vidéos les plus populaires