Gloria Paganini - Villes d'Europe, nouvelles terres promises ?

infos producteurs
  • Sujet : Conférence
  • Date de parution : 10/03/2016
  • Durée : 30 min
  • Crédits :

Tags associés
Gloria PaganiniVilleMigrationsMythologies urbainesEuropeCRINI

Partagez cette page

Résumé de la vidéo

Une nouvelle migration, essentiellement intra-européenne, touche aujourd’hui selon des proportions variables, mais très significatives, les jeunes générations issues aussi bien de pays du Sud (Italie, Espagne, Grèce, Portugal) que du Nord de l’Europe (Irlande). Le phénomène est assez récent pour rendre incertaine sa catégorisation même : s'agit de neo-migranti ou de Neue Mobile, d'exode ou de mobilité, de fuite des cerveaux ou d'expatriation maitrisée ? Pourvus d'un capital culturel de haut niveau, diplômés ou sur-diplômés, ces jeunes migrants européens sont recensés dans plusieurs contextes métropolitains. Pour nombre d'entre eux, le séjour Erasmus de quelques mois dans une université européenne a été l'expérience décisive, qui a impulsé ou déterminé l'expatriation successive ; des collectivités et des réseaux "post-Erasmus", au profil plurilingue et pluriculturel, sont d'ailleurs en augmentation sensible, bien que difficilement quantifiable, dans les villes universitaires les plus dynamiques sur le plan des échanges internationaux. Ces nouveaux migrants sont particulièrement actifs dans les secteurs culturels et des creative industries (théâtre, média, traduction, littérature, cinéma, événementiel), ainsi que dans les professions libérales (architectes, avocats, designers, etc.). Si, comme dans le passé, le chômage et la crise économique sont à l'origine des flux migratoires, ces départs massifs relèvent aussi et surtout de facteurs identitaires, individuellement assumés et collectivement revendiqués : ces jeunes Européens déclarent ne pas pouvoir s'identifier à leur pays d’origine et aux valeurs qui y prédominent, rechercher dans d'autres cultures et modes de vie la possibilité d'affirmer leur identité. Ils déclarent également ne pouvoir s'accomplir sur le plan professionnel et intellectuel qu'à travers l'expatriation : leurs productions artistiques, littéraires, cinématographiques, seraient à relier directement à leur trajectoire trasnationale. Parmi les mobiles de cette implantation relativement inédite semble également jouer un rôle déterminant la représentation que ces jeunes migrants se forgent des villes et surtout des capitales européennes : l'analyse de leurs témoignages (sur la base de récits, interviews, blog et documentaires) fait en effet émerger une cartographie fortement polarisée, dans laquelle l'image de villes comme Berlin, Paris, Londres ou Barcelone, semble clairement conditionner le tracé existentiel, professionnel et bien souvent artistique de ces expatriés. Gloria Paganini propose, à travers sa communication, de questionner la nature des valeurs associées à ces métropoles, ainsi que le potentiel caractère mythique de l'attrait qu'elles exercent sur le profil de moins en moins atypique de ces jeunes Européens.

Présentation de l'intervenant


Après une Maîtrise de Philosophie à l'Université de Bologne, en 1983, et, en 1998, un Doctorat de l'Université Sorbonne Nouvelle-Paris III en Etudes italiennes, spécialité  Didactique des Langues (Titre de la thèse : Entre le 'très proche' et le 'pas assez loin' : différences, proximité et représentation de l'italien en France. Co-direction : Alvaro Rocchetti, Université Sorbonne Nouvelle-Paris III et Geneviève Zarate, ENS Fontenay/St Cloud), Gloria Paganini a intégré, en 2000, l'Université de Nantes, en tant Maître de conférences en Études Italiennes. Membre du CRINI et directrice du festival annuel de cinéma italien de Nantes ; sa recherche porte sur l'identité nationale et les représentations sociales de l'étranger dans la culture et dans le cinéma italien contemporain.

Présentation du colloque "Mythologies urbaines et migrations"

La ville génère un ensemble de mythes artistiques et littéraires issus de son histoire et de son quotidien, de légendes et de récits oraux mêlant réalité et fiction. Création propre à l’homme, la ville se présente comme une construction réelle et imaginaire, à travers laquelle une communauté recherche sa cohésion et ses possibilités créatrices (correspondances, récits de vie, poésie, théâtre, cinéma…). Organisé par le Centre de Recherche sur les Identités Nationales et l’Interculturalité (CRINI), le colloque sur "Mythologies urbaines et migrations" s’inscrit dans le cadre d’une réflexion sur les migrations portant à la fois sur l’interculturalité - en s’attachant  à la rencontre et à la reconnaissance de cultures plurielles-, et sur la transculturalité - en privilégiant l’échange et la création entre ces cultures-, dans une dynamique créatrice cherchant à dépasser les barrières culturelles, tout en questionnant l’histoire des représentations urbaines.

Ce colloque s'inscrit dans la continuité de journées d’étude préparatoires dans le cadre des partenariats locaux et internationaux du CRINI :



dans la même série

Colloque Mythologies urbaines et migrations

Vidéos les plus populaires