Jennifer Houdiard - Féminités urbaines : Superwoman, Cosmo Woman et autres mythes contemporains dans les fictions télévisées de New York à Barcelone

infos producteurs
  • Sujet : Conférence
  • Date de parution : 10/03/2016
  • Durée : 29 min
  • Crédits :

Tags associés
Jennifer HoudiardCRINITélévisionFemmeFéminitéMythologies urbainesMigrationsSéries téléviséesSuperwomanCosmo WomanCatalogneEspagne

Partagez cette page

Résumé de la vidéo

"Loin du rôle conventionnel que la télévision lui a longtemps réservé, l’héroïne des séries modernes peut désormais tout se permettre, laissant libre cours à ses pulsions, aussi sombres soient-elles". C’est sur ces mots que s’ouvre un récent article des Inrockuptibles consacré aux personnages féminins dans les séries télévisées actuelles : ces derniers seraient désormais aux antipodes de la "femme bonniche" et de la "femme potiche", les deux archétypes qui régnaient presque sans partage sur le monde des fictions TV d’avant le troisième millénaire. D’ailleurs, la gamme des fictions sérielles pensées pour un public féminin s’est considérablement élargie depuis quelques décennies. En effet, en marge du traditionnel soap opera, source d’inspiration des telenovelas latino-américaines, les femmes se sont vu offrir des séries qui se voulaient à la fois plus modernes et plus réalistes, ancrées dans la recréation de contextes extra-fictionnels urbain contemporain, grandes villes trépidantes ou banlieues résidentielles. Ally McBeal (FOX, 1997-2002), Sex and the City (HBO, 1998-2004), Desperate housewives (ABC, 2004-2012) et d’autres ont envahi les écrans du monde entier, et donné à voir de nouvelles figures féminines, des personnages complexes, nuancés, revendiqués comme novateurs. Les femmes qui peuplent ces fictions semblent, certes, s’être affranchies du carcan de la féminité traditionnelle ; cependant, de nombreux spécialistes des médias, notamment les critiques féministes, relativisent la rupture avec les représentations passées de la féminité et considèrent que les fictions "féminines" contemporaines se limitent à construire et à promouvoir un nouvel idéal, tout aussi inaccessible et contraignant que ses prédécesseurs. Le nouvel Eternel féminin s’incarne par exemple dans le mythe de la Superwoman, qui mène de front une carrière professionnelle brillante et une vie d’épouse et de mère exemplaire - en assumant bien sûr la quasi-totalité des tâches domestiques et parentales -, ou dans la figure de la "Cosmo" Woman, célibataire urbaine aisée, consommatrice compulsive d’hommes, de cosmétiques et de vêtements et accessoires dernier cri. Ces séries états-uniennes côtoient sur les grilles de programmes européennes des fictions produites localement et également pensées pour un public féminin : elles sont pour la plupart inspirées de leurs aînées venues d’outre-Atlantique. C’est notamment le cas en Catalogne, où la chaîne TV3 a diffusé ces dernières années plusieurs séries explicitement destinées aux femmes catalanes d’aujourd’hui, séries dont l’action est toujours ancrée dans une recréation fictionnelle de la Barcelone contemporaine. Jennifer Houdiard propose d’étudier la construction des figures féminines dans deux de ces produits "maison" qui revendiquent leur "appellation d’origine contrôlée", Infidels (TV3/Diagonal TV, 2009-2011) et 39+1 (TV3/Diagonal TV, 2014), en s'interrogeant notamment sur le transfert, l’adaptation ou la remise en question éventuels de la "mystique féminine" états-unienne contemporaine dans la culture populaire catalane.

Présentation de l'intervenant

Jennifer Houdiard est maître de conférences à l'université de Nantes, où elle enseigne la littérature espagnole contemporaine et la traduction, ainsi que la langue et la culture catalane. Elle a consacré sa thèse de doctorat à la construction des personnages féminins dans les romans de Rosa Regàs. Elle est rattachée à titre principal au Centre de Recherche sur les Identités Nationales et l'Interculturalité de l'Université de Nantes, ainsi qu'au Groupe de Recherche sur les Identités et les Cultures de l'Université du Havre en tant que membre associé. Elle travaille sur la prose narrative espagnole et catalane contemporaine et sur les fictions télévisées catalanes, avec un intérêt particulier pour le thème de l'identité (identité nationale, mais aussi et surtout identité de genre) et s'intéresse notamment aux représentations de la masculinité dans les cultures populaires catalane et espagnole actuelles.

Présentation du colloque "Mythologies urbaines et migrations"

La ville génère un ensemble de mythes artistiques et littéraires issus de son histoire et de son quotidien, de légendes et de récits oraux mêlant réalité et fiction. Création propre à l’homme, la ville se présente comme une construction réelle et imaginaire, à travers laquelle une communauté recherche sa cohésion et ses possibilités créatrices (correspondances, récits de vie, poésie, théâtre, cinéma…). Organisé par le Centre de Recherche sur les Identités Nationales et l’Interculturalité (CRINI), le colloque sur "Mythologies urbaines et migrations" s’inscrit dans le cadre d’une réflexion sur les migrations portant à la fois sur l’interculturalité - en s’attachant  à la rencontre et à la reconnaissance de cultures plurielles-, et sur la transculturalité - en privilégiant l’échange et la création entre ces cultures-, dans une dynamique créatrice cherchant à dépasser les barrières culturelles, tout en questionnant l’histoire des représentations urbaines.

Ce colloque s'inscrit dans la continuité de journées d’étude préparatoires dans le cadre des partenariats locaux et internationaux du CRINI :

 



dans la même série

Colloque Mythologies urbaines et migrations

Vidéos les plus populaires