Gérard Cornu - Fronteras, un récit sans quête ni objet

infos producteurs
  • Sujet : Conférence
  • Date de parution : 04/03/2016
  • Durée : 1 h 19 min
  • Crédits :

Tags associés
CRINIGérard CornuFestival du cinéma espagnolCinémaMikel RuedaEspagneRécitQuêteAmourNicolas GrimaldiAlain BadiouCinémaErrance

Partagez cette page

Résumé de la vidéo

Le samedi 30 janvier 2016 avait lieu la 14e journée d'étude sur "Le cinéma en classe d'espagnol", autour du dernier long-métrage de Mikel Rueda, "Fronteras". Ibrahim, un jeune clandestin sur le point d'être expulsé d'Espagne, fait la rencontre de Rafa, un lycéen de 15 ans. De cette relation naîtront des sentiments qui iront au-delà de la simple amitié. La vie de chacun en sera bouleversée. Histoire émouvante de deux adolescents perdus à la recherche de leur identité. Prix Opera Prima du Festival du Cinéma Espagnol de Nantes 2015.

Gérard Cornu analyse les éléments structurants de ce film, puis trois de ses séquences, sous l’angle de la narrativité. Au modèle traditionnel du récit centré sur la quête d’un objet, on peut opposer un modèle de l’errance, fondé sur une attente diffuse et disponible qui n’a pas de représentation de son objet et ne peut donc pas l’anticiper (Nicolas Grimaldi). Ce modèle alternatif convient assez largement aux histoires d’amour, mais "l’aventure obstinée" dont parle Alain Badiou dans son "Éloge de l’amour", la construction et la préservation d’une relation amoureuse face aux multiples obstacles qui se dressent contre elle, nous ramènent au modèle de la quête. Une histoire d’amour sera donc toujours hétérogène. C’est cette hétérogénéité de départ étendue à tous les aspects de la mise en scène dont Mikel Rueda a fait un style, un jeu, avec une virtuosité et une sorte d’évidence propres à sa génération.

Présentation de l'intervenant


Gérard Cornu est enseignant-chercheur en sciences de la communication à l'Université de Nantes, chargé de mission Communication à la Faculté des langues et cultures étrangères (FLCE).



Vidéos les plus populaires