Yehouda Shenhav - Au-delà de la banalité du mal : depuis les Origines du Totalitarisme jusqu’à Eichmann à Jérusalem

infos producteurs
  • Sujet : Conférence
  • Date de parution : 03/12/2015
  • Durée : 1 h 8 min
  • Crédits : Institut d'Etudes Avancées de Nantes

Tags associés
Yehouda ShenhavTotalitarismeImpérialismeHannah ArendtIsraëlJérusalemEichmannHistoireIEA Nantes

Partagez cette page

Résumé de la vidéo

Dans son livre, Eichmann à Jérusalem, Hannah Arendt présente le terme "la banalité du mal" pour décrire "l’esprit superficiel" d’un bureaucrate plus-conformiste, dont l’expertise organisationnelle était l’émigration des juifs. La littérature qui a examiné les racines de la thèse d’Arendt sur la banalité du mal a supposé qu’elle avait décrit une bureaucratie rationnelle qui a subit un dysfonctionnement pathologique; et a été motivé par une forte culture de la rationalité instrumentale. Contrairement à cette thèse de la rationalité instrumentale, je soutiens que la représentation d’Arendt sur la bureaucratie nazie était ancrée dans l’histoire de la bureaucratie impériale analysée dans Les Origines du Totalitarisme. Plus particulièrement, l’analyse qu’Arendt a fait sur Eichmann et la bureaucratie nazie, était à plusieurs égards, similaire à son analyse sur les principes de Lord Cromer de la bureaucratie impériale en Egypte pendant les premières années du XXe siècle.

Ainsi, je soutiens que la thèse de la "rationalité instrumentale" néglige les points de vue d’Arendt à propos de l’affinité entre la bureaucratie impériale et la bureaucratie totalitaire ; particulièrement les relations entre la race, la gouvernance arbitraire et l’état d’urgence. L’analyse révèle que son argument sur "la banalité du mal" est profondément ancrée dans l’histoire de la race et de l’impérialisme, et qu’elle n’était pas insensible à l’affinité entre les répertoires impériaux et les bureaucraties de génocide.

Yehouda Shenhav

Présentation de l'intervenant

Yehouda Shenhav (Ph.D Université Stanford 1985) est professeur de sociologie à l’Université de Tel-Aviv et et membre du Conseil Scientifique de l’IEA de Nantes. Il a travaillé à la direction des Etudes Avancées à l’Institut Van-Leer de Jérusalem (2005-2010). Il était rédacteur en chef de Théorie et critique (2000-2010) et rédacteur en chef de Organization Studies (2004-2010). Ses principaux domaines de recherche sont la théorie sociale, la sociologie de la connaissance, le management et la bureaucratie, l’origine ethnique, la race et la sociologie politique de la souveraineté. Shenhav traduit également la littérature arabe vers l’hébreu et l’anglais.

Les conférences de l’Institut d’Etudes Avancées de Nantes


L’Institut d’Etudes Avancées de Nantes
est une fondation reconnue d’utilité publique dont la mission est d’accueillir en résidence des chercheurs choisis pour l’excellence et le caractère innovant de leurs travaux. L’ambition particulière de l’IEA de Nantes est de tisser des relations d’un type nouveau entre chercheurs du "nord" et du "sud", en s’ouvrant largement à ces derniers et en permettant à chacun de confronter la façon dont il perçoit les questions qui, avec le processus de globalisation, se posent désormais à tous.



dans la même série

Conférence de l'Institut d'Etudes Avancées de Nantes

Vidéos les plus populaires