Alfred Gambou - "Cadrage, interculturalité, éthique"

infos producteurs
  • Sujet : Conférence
  • Date de parution : 06/11/2014
  • Durée : 45 min
  • Crédits :

Tags associés
PhilosophieInterculturalitéOntologieÉthiqueSoinsAutruiAlfred GambouCRINI

Partagez cette page

Résumé de la vidéo

Cette idée, nous semble-t-il, est au cœur de la pensée des défenseurs de l’interculturalité : "nous sommes fondamentalement identiques en tant qu’êtres humains, et ce, en dépit de nos différences. Tout l’enjeu devient celui de savoir se nourrir réciproquement de ces différences puisqu’elles sont une richesse." Encore faut-il connaître et comprendre la part de ce qui fait que nous sommes identiques tout en étant à la fois différents. Car au-delà de ce qui transparaît à première vue d’une culture, il y a au fond, ce qui la structure et la fonde, et qui, généralement obéit à un système cohérent tant du point de vue logique, qu’ontologique. C’est de là que surgissent les formes plurielles et singulières que chaque culture a de lire le monde et qu’a le monde de se refléter à elle. Ce qui explique selon les cultures la nature des rapports qu’on a de soi, des autres et du monde. Ainsi, les "rituels" qui entourent le rapport à la vie, à la maladie et/ou aux soins, à la mort sont inhérents à ce fond ontologique d’où émerge la culture. Dès lors, en quoi la compréhension des ontologies plurielles des cultures, notamment l’ontologie africaine, permet-elle d’éclairer la nature des rapports à la maladie et/ou aux soins que peuvent avoir les patients issus de ce continent ? En quoi permet-elle d’aiguiser éthiquement une intelligence herméneutique pour mieux adapter les pratiques médicales et leurs rapports aux patients ? Nous postulons que de l’éclairage qu’apporte le "substrat culturel" naîtra la possibilité du "décèlement" pour parler comme Heidegger, c’est-à-dire de "tirer du retrait ce qui règne" , de rendre manifeste ce qui est apparent, de saisir dernière les non-dits, ce qui se dit, se joue.

C’est là qu’émergent les éléments interprétatifs qui aident à affûter notre lucidité à agir, notre capacité à se situer et à s’adapter au contexte. Ainsi, naît la conscience intime de notre vulnérabilité originaire, notre découverte par nous-même d’un pouvoir immense, même involontaire, de nuire à autrui qui résulte de nos actions. Cela est d’autant plus accentué quand on n’a pas les clés de compréhension sur ce qu’est l’autre. Il n’est pas étonnant de voir que ce qui semble "aller de soi" pour soi, est ce qui heurtera peut être le plus autrui. Il en résulte que dans une relation humaine, il en est le cas des pratiques médicales, nous ne pouvons pas nous désintéresser des conséquences tant volontaires qu’involontaires de nos actions. D’où, l’urgence de faire de la compréhension humaine un enjeu fondamental pour l’amélioration de la prise en charge en termes de soins pour autrui.

Présentation de l'intervenant


Alfred Gambou est membre du département Sciences de l'éducation de l'Université de Nantes et président de l'association Casa Africa

1ères Journées d’études "Pratiques Médicales, Arts, Environnements et Interculturalité - Europe, Afrique, Amériques"

Organisé par le Centre de Recherche sur les Identités Nationales et l'Interculturalité (CRINI) les 13 et 14 novembre 2014, ce colloque interdisciplinaire a permis d'ouvrir des espaces de dialogue et de recherche transdisciplinaires liés à la santé et aux médecines associées et articulés aux besoins de la population, favorisant une analyse interculturelle et internationale.



dans la même série

Journées d’études "Pratiques Médicales, Arts, Environnements et Interculturalité - Europe, Afrique, Amériques"

Vidéos les plus populaires