Pierre Musso, Marie-Pierre Ballarin, Céline Labrune-Badiane, Parfait D. Akana, Felwine Sarr - De quoi l'esclavage est-il le nom ?

infos producteurs
  • Sujet : Conférence
  • Date de parution : 09/07/2018
  • Durée : 2 h 18 min
  • Crédits : Institut d'Etudes Avancées de Nantes

Tags associés
EsclavagismeHistoireHistoire colonialeAfriqueEuropeFelwine SarrPierre MussoMarie-Pierre BallarinCéline Labrune-BadianeParfait D. Akana

Partagez cette page

Résumé de la vidéo

Dans le cadre de la "saison décoloniale", organisée au Musée d’histoire de Nantes du 28 avril à novembre 2018 et en partenariat avec les projets de recherche STARACO et SLAFNET et l’USR CIRESC, cette manifestation clôture le programme de recherche pluriannuel PRALT (PRAtiques de l’ALTérité). Elle s’organise autour de conférences grand public et de 4 ateliers thématiques pendant lesquels 20 jeunes chercheurs présenteront leurs recherches. Cet événement est l’occasion pour des spécialistes des mondes africains, américains et européens, en résidence à l’Institut d’études avancées de Nantes ou spécialement conviés à cette occasion, de réfléchir ensemble à la possibilité d’une autre histoire coloniale de la ville de Nantes.

Intervenants


Pierre Musso


Philosophe de formation, Pierre Musso est professeur émérite de sciences de l’information et de la communication à l’Université de Rennes II et à l’École Télécom Paris Tech. Il a été titulaire de la chaire ‘Modélisations des imaginaires, innovation et création’ qu’il avait créée entre ces deux institutions académiques et quatre partenaires industriels mondiaux, Dassault Systèmes, PSA Peugeot-Citroën, Orange et Ubisoft. Il est membre du Centre interdisciplinaire d’analyse des processus humains et sociaux de l’Université Rennes II et membre associé du Laboratoire UMR CNRS 5611 « Littérature, Idéologies, Représentations, XVIIIe-XIXe siècles » à Lyon. Avant d’entrer à l’Université, il a participé ou dirigé des services d’études, de recherches et de prospective dans le secteur des télécommunications notamment au Centre national d’études des télécommunications (CNET), à l’Institut national de l’audiovisuel (INA) et à la Division de l’aménagement du territoire (DATAR). Il a été membre du premier Conseil d’administration de France Télécom. Il a longtemps enseigné au Département de sciences politiques de l’Université Paris Sorbonne où il a soutenu sa thèse d’État sur le « fonctionnement symbolique des télécommunications et la philosophie saint-simonienne ». Il est l’auteur de nombreux ouvrages sur la communication, les territoires, le saint-simonisme, les réseaux et les médias. Il a co-dirigé l’édition critique des Œuvres complètes d’Henri Saint-Simon parue en 2013 aux PUF, dans la collection Quadrige. En avril 2017, il a publié La Religion industrielle chez Fayard dans la collection IEA "Poids et mesure du monde". Enfin, vient de paraître aux éditions Manucius L’Entreprise contre l’État, ouvrage produit sous sa direction à l’issue de séminaires organisés sur ce thème à l’IEA.

Marie-Pierre Ballarin


CNRS UMR 8245 - IRD UMR 205 - Université Paris Diderot - Nice Sophia Antipolis

Céline Labrune-Badiane


Titulaire d’un doctorat d’histoire de l’Université Paris VII soutenu en 2008 et pour lequel elle a obtenu le prix Louis Cros, Céline Labrune-Badiane a été attachée temporaire d’enseignement et de recherche (ATER) en histoire contemporaine à l’Université des Antilles et de la Guyane de 2009 à 2011 puis a enseigné dans des établissements d’enseignement secondaire. Ses recherches ont d’abord porté sur l’histoire de l’école en Afrique de l’ouest et mis en évidence la manière dont s’articulent les dynamiques politiques, économiques et sociales qui sous-tendent l’institution de l’école depuis son implantation à l’époque coloniale, jusqu’à nos jours. Elle a également écrit un ouvrage avec Etienne Smith sur les productions culturelles (scolaires, scientifiques, littéraires, artistiques et intellectuelles) des instituteurs africains en Afrique Occidentale Française et leur diffusion au sein de l’espace public colonial. Actuellement, elle travaille sur les processus de construction identitaires dans l’Atlantique noir. Dans une perspective socio-historique, Céline Labrune-Badiane s’intéresse avant tout aux acteurs, à leurs trajectoires individuelles et à leur capacité de s’affranchir des statuts, conditions et identités imposés. Ses recherches contribuent ainsi aux réflexions menées en histoire contemporaine de l’Afrique, dans une perspective comparative et connectée, à travers les circulations de modèles, d’acteurs et d’idées à l’intérieur des espaces colonial, impérial et post-colonial.

Felwine Sarr


Felwine Sarr est un universitaire et écrivain sénégalais né en 1972 à Niodior. Après des études primaires et secondaires au Sénégal, il poursuit ses études supérieures à l’université d’Orléans où il obtient un doctorat en économie en 2006. Agrégé des universités et professeur titulaire du CAMES, il enseigne à l’Université Gaston Berger de Saint-Louis (Sénégal) depuis 2007. Ses cours et travaux académiques portent sur les politiques économiques, l’économie du développement, l’économétrie, l’épistémologie et l’histoire des idées religieuses. En 2010, il est lauréat du Prix Abdoulaye Fadiga pour la Recherche Économique. En 2011, il devient Doyen de la Faculté d’économie et de gestion de l’Université Gaston Berger (UGB) de Saint-Louis et directeur de la nouvelle UFR des Civilisations, Religions, Art et Communication (CRAC) de l’UGB. Il est aussi écrivain et a publié plusieurs romans et essais. Musicien, il a publié à ce jour trois albums : Civilisation ou Barbarie (2000), Les Mots du Récit (2005) et Bassaï (2007). Avec les écrivains sénégalais Boubacar Boris Diop et Nafissatou Dia, il est le cofondateur de la maison d’édition Jimsaan. Felwine Sarr est aussi l’éditeur de la Revue Journal of African Transformation (Codesria-UNECA). Il organise avec Achille Mbembé en 2016 les Ateliers de la pensée de Dakar et de Saint-Louis, réunissant une trentaine d’intellectuels de l’Afrique et de ses diasporas pour réfléchir aux mutations du monde contemporain.

Parfait D. Akana


Parfait D. Akana est sociologue, anthropologue et éditeur. Ses travaux portent principalement sur la santé mentale au Cameroun, les violences sexuelles et de genre dans l’expérience de la folie, l’anthropologie et la sociologie de la communication (réseaux sociaux, fictions télévisées, langages et cultures populaires). Après avoir étudié aux universités de Yaoundé I et II, de Paris 13 et à l’EHESS de Paris, il a rejoint le Département Recherche du CODESRIA (Conseil pour le Développement de la Recherche en Sciences Sociales en Afrique) pour lequel il a travaillé de mai 2014 à avril 2017. Enseignant à l’Ecole Supérieure des Sciences et Techniques de l’Information et de la Communication (Université de Yaoundé II, Cameroun), il est également rédacteur en chef de Terroirs (revue africaine de sciences sociales et de philosophie), fondée et dirigée par Fabien Eboussi Boulaga, et de Psychopathologie africaine (Sciences sociales et psychiatrie en Afrique), fondée en 1965 par Henri Collomb.



dans la même série

Conférence de l'Institut d'Etudes Avancées de Nantes

Vidéos les plus populaires