Francesca Mariano - Jérôme David, ‘nobilis calcographus’ au service de l’Accademia degli Incogniti à Venise

infos producteurs
  • Sujet : Conférence
  • Date de parution : 12/11/2018
  • Durée : 24 min
  • Crédits :

Tags associés
Francesca MarianoNicolas RégnierJérôme Davidnobilis calcographusAccademia degli IncognitiItalieVeniseMusée d’arts

Partagez cette page

Résumé de la vidéo

Le graveur Jérôme David (1605 ca.-1670 ca.), qui demeure encore méconnu du grand public, est pourtant une figure très intéressante du XVIIe siècle français, dont la vaste production compte environ 850 gravures. Comme la plupart de ses confrères, à la fin de son apprentissage, il se rendit en Italie, où il fit carrière. De 1622 à 1625, il est à Rome et entre dans l’entourage du cardinal Maurice de Savoie, en travaillant notamment pour Agostino Mascardi, directeur de l’Accademia dei Desiosi. C’est peut-être grâce à ce contact qu’il s’installa à Venise de 1625 à 1630, au service de plusieurs savants tels que Giacomo Filippo Tomasini, Francesco Pona et Lorenzo Pignoria, qui appartenaient tous à l’Accademia degli Incogniti. Cette communication se propose d’analyser le séjour vénitien de David – une période qui a échappé à tous ses biographes, même les plus récents – et de souligner la réussite exceptionnelle de son insertion professionnelle dans le milieu vénitien, particulièrement fermé aux artistes étrangers. À cette époque, David réalisa en effet une cinquantaine d’images pour les Incogniti, et se spécialisa dans la gravure de portrait, en devenant ainsi à Venise l’alter ego des peintres comme Nicolas Régnier, qu’il interpréta d’ailleurs. La communication portera sur cette collaboration encore inexplorée du graveur français avec les Incogniti et sur son rôle phare dans l’illustration de la littérature savante des poèmes héroïques et des récits biographiques. On y montrera enfin le système de recommandation mis en place par les académiciens vénitiens qui avantagea la carrière de David tant en Italie qu’à son retour en France.

Colloque international « Faire carrière en Italie : les artistes étrangers à Rome et à Venise au temps de Nicolas Régnier » (Nantes, Musée d’arts, 22-23 février 2018)

Présentation du colloque : Parallèlement à la première exposition consacrée au peintre Nicolas Régnier (v. 1588-1667) organisée au Musée d’arts de Nantes, le colloque a pour but de confronter le parcours exemplaire de cet artiste flamand à celui d’autres artistes étrangers de son temps, plus précisément à Rome et à Venise, les deux villes où il a vécu pendant plus de quarante ans. Régnier a su en effet parfaitement s’adapter aux milieux artistiques de ces deux cités pour mener une très longue carrière. À la lumière de son parcours, ce sont les modalités d’intégration des artistes étrangers que le colloque interrogera, en prenant en compte les spécificités politiques, artistiques et intellectuelles de Rome et de Venise. Quels étaient les moyens dont disposaient les artistes étrangers pour s'insérer dans les milieux artistiques romains et vénitiens au XVIIe siècle ? Qu’est-ce qui pouvait déterminer pour un artiste étranger une activité pérenne dans des villes comme Rome et Venise ? Peut-on déterminer des parcours types, en fonction de ces deux foyers si différents ?

Colloque organisé en collaboration entre l’Université de Nantes et le Musée d’arts de Nantes, avec le soutien de la Fondation de l’Université de Nantes et du Comité nantais de la Società Dante Alighieri.

Comité scientifique : Adeline Collange-Perugi (Musée d’arts de Nantes), Emmanuel Lamouche (Université de Nantes) et Annick Lemoine (Université de Rennes 2 – Institut National d’Histoire de l’Art).

Organisation : Emmanuel Lamouche, LARA - UMR 6566 CReAAH - Université de Nantes



dans la même série

Colloque "Faire carrière en Italie : les artistes étrangers à Rome et à Venise au temps de Nicolas Regnier"

Vidéos les plus populaires