Suzanne Baverez - La Schildersbent au temps de Nicolas Régnier

infos producteurs
  • Sujet : Conférence
  • Date de parution : 12/11/2018
  • Durée : 21 min
  • Crédits :

Tags associés
Suzanne BaverezNicolas RégnierSchildersbentMusée d’artsItalie

Partagez cette page

Résumé de la vidéo

"Nicòlo Reyniero Alias den Vrijman", c’est accompagné de cette dénomination qu’apparaît le portrait de Nicolas Régnier dans un dessin daté de la fin des années 1610 qui représente certains membres de la première génération de Bentvueghels (Hamburger Kunsthalle). L’affiliation de Régnier à la Schildersbent, dans les premières années de son existence, est l’occasion de revenir sur les débuts de cette association informelle, réservée aux artistes originaires des Pays-Bas du Nord et du Sud venus effectuer des séjours plus ou moins long à Rome. Comment expliquer la mise en place de cette association dans le contexte de la Rome artistique des premières décennies du XVIIe siècle ? A quelles fins se destinait-elle ? Faut-il y voir un simple regroupement culturel et un réseau de solidarité, ou trouve-on des prolongements d’ordres commerciaux et esthétiques ? Nicolas Régnier présente un cas exemplaire pour l’analyse de la Bent : bien que le seul français du groupe, il fut formé à Anvers et partage donc des références artistiques et culturelles avec les autres membres ; en outre, son appartenance à d’autres réseaux démontre la dimension ouverte de l’association. En étudiant les premiers membres de la Schildersbent, nous nous attacherons à mettre en évidence le fonctionnement et les aspirations de la Bent dans le contexte d’une Rome cosmopolite, qui voit rivaliser, sur le plan artistique, les peintres et les nations.

Colloque international « Faire carrière en Italie : les artistes étrangers à Rome et à Venise au temps de Nicolas Régnier » (Nantes, Musée d’arts, 22-23 février 2018)


Présentation du colloque : Parallèlement à la première exposition consacrée au peintre Nicolas Régnier (v. 1588-1667) organisée au Musée d’arts de Nantes, le colloque a pour but de confronter le parcours exemplaire de cet artiste flamand à celui d’autres artistes étrangers de son temps, plus précisément à Rome et à Venise, les deux villes où il a vécu pendant plus de quarante ans. Régnier a su en effet parfaitement s’adapter aux milieux artistiques de ces deux cités pour mener une très longue carrière. À la lumière de son parcours, ce sont les modalités d’intégration des artistes étrangers que le colloque interrogera, en prenant en compte les spécificités politiques, artistiques et intellectuelles de Rome et de Venise. Quels étaient les moyens dont disposaient les artistes étrangers pour s'insérer dans les milieux artistiques romains et vénitiens au XVIIe siècle ? Qu’est-ce qui pouvait déterminer pour un artiste étranger une activité pérenne dans des villes comme Rome et Venise ? Peut-on déterminer des parcours types, en fonction de ces deux foyers si différents ?

Colloque organisé en collaboration entre l’Université de Nantes et le Musée d’arts de Nantes, avec le soutien de la Fondation de l’Université de Nantes et du Comité nantais de la Società Dante Alighieri.

Comité scientifique : Adeline Collange-Perugi (Musée d’arts de Nantes), Emmanuel Lamouche (Université de Nantes) et Annick Lemoine (Université de Rennes 2 – Institut National d’Histoire de l’Art)

Organisation : Emmanuel Lamouche, LARA - UMR 6566 CReAAH - Université de Nantes



dans la même série

Colloque "Faire carrière en Italie : les artistes étrangers à Rome et à Venise au temps de Nicolas Regnier"

Vidéos les plus populaires