Claire Lotiron - L'El Dorado de Marcel l'Herbier (1921) comme premier essai de synchronisme musique et image : nouvelles perspectives orchestrales

infos producteurs
  • Sujet : Colloque
  • Date de parution : 30/10/2017
  • Durée : 26 min
  • Crédits :

Tags associés
MusiqueMusique de filmCinémaEl DoradoMarcel l'HerbierOrchestreClaire LotironCaphi

Partagez cette page

Résumé de la vidéo

Depuis les premiers temps du cinéma, l’orchestre a toujours été associé à la musique de film. Des orchestres qui accompagnaient les premiers films muets à l’orchestre hybride de Hans Zimmer, le "son symphonique" constitue assurément un élément permanent au cinéma, en dépit de constantes reconfigurations. Ce sont ces évolutions que ce colloque - le premier en France sur le sujet – cherche à approfondir.

La collaboration entre le réalisateur Marcel L’Herbier et un jeune compositeur et pianiste, Marius-François Gaillard, pour le film El Dorado (1921), s’est avérée déterminante et constitue sans doute le premier témoignage de synchronisme dans l’histoire du cinéma. Celui qui signe-là sa toute première musique de film raconte : "Je fus appelé à inventer de toutes pièces et, pour ainsi dire, à fixer la technique spéciale que l’on pratique encore actuellement pour les partitions destinées aux films, et qui me permit, par de minutieux minutages et un tout nouveau développement de la partition musicale, de suivre fidèlement, en ses méandres les plus subtils, image par image, peut-on dire, la trame dramatique du film". Il en résulte une partition symphonique de cinq cent pages, soigneusement annotée de minutages et de renvois au déroulement narratif, dont l’exécution requiert un orchestre de plus de quatre-vingts interprètes.

La présente communication, à travers un regard musicologique sur le synchronisme mis en jeu, met à l’honneur la musique d’un compositeur largement oublié et propose de confronter des scènes pertinentes du film récemment restauré8, avec la "ciné-partition" de Marius-François Gaillard. L’étude du manuscrit de la partition et, plus généralement, de la mise en musique d’El Dorado, mettra en exergue les nouvelles possibilités orchestrales (leitmotive, description suggestive d’une atmosphère ou a contrario d’un son in, figuralismes musicaux) que les nouvelles techniques de minutage mises en oeuvre ici, permettent de réaliser.

Présentation de l'intervenant

Claire Lotiron est actuellement ATER au sein de l'UFR musique et musicologie de l'Université Paris-Sorbonne. Après des études dans ce même établissement ainsi qu'au CNSMD de Paris (prix de culture, analyse, harmonie et contrepoint), elle obtient l'agrégation en 2011 et enseigne dans les Académies de Paris et de Créteil. Doctorante sous la direction de Sylvie Douche depuis 2014, ses recherches portent sur la musique de chambre en France dans l'entre-deux guerres, à travers les activités musicales du Quintette Instrumental de Paris, ensemble actif des années 1920 aux années 1960 et à l'origine de nombreuses créations musicales.

Ce colloque était organisé par le Centre Atlantique de Philosophie (Caphi), l'Université de Nantes et le groupe de recherche intitulé Étude des Langages Musicaux à l'Écran), et la direction  scientifique est assurée par Jérôme Rossi, maître de conférences et musicologue.



dans la même série

Colloque L'orchestre et la musique de film

Vidéos les plus populaires